Les chutes de hauteur, un FLÉAU dans la ligne de mire du ministère du travail


De nombreux accidents de chantier liés aux chutes de hauteur sont recensés chaque année. Précipitation ou maladresse, il est nécessaire de s’en protéger un maximum car les conséquences sont très souvent dramatiques.

Définition

La chute de hauteur se distingue de la chute de plain-pied par une dénivellation, il s’agit donc de toutes les chutes des personnes situées en élévation (échafaudages, échelles, plateformes PTE, grues…).

Des accidents évitables aux conséquences dramatiques

De nombreux accidents sont à déplorer chaque année sur les différents chantiers. En 2019, entre le 1er janvier et le le 30 juin, vingt-huit accidents du travail mortels ont été recensés à la suite de chutes de hauteur par les inspecteurs du travail.

Sur les 147 607 interventions qu’ils ont réalisées au 19 septembre 2019, 21 120 portaient sur la prévention des chutes de hauteurs selon un communiqué publié par le ministère du travail. Ce chiffre représente 14.31% des interventions pour ce seul risque.

De l’employé qui chute d’une échelle de quatre mètres, trouvant la mort, au conducteur d’engin qui se tord la cheville en sautant de son poste de conduite, les conséquences humaines et financières peuvent être désastreuses pour une société. Il est nécessaire de réagir pour se protéger simplement.

Une réponse simple en deux temps

Il est possible de prévenir la majorité des risques liés aux chutes de hauteur, en prenant des mesures collectives et des mesures individuelles. Le maître-mot est l’organisation.

Des mesures de prévention collectives

La protection des employés passe par trois étapes simples :

L’application de ces trois principes permet déjà de réduire très fortement le risque d’accident. En plus, il est possible d’envisager une réponse individuelle propre à chaque salarié.

Des mesures de prévention individuelles

La protection des employés passe également par la dotation d’Equipements de Protection Individuelle (cette liste est non-exhaustive) :

En somme, il est nécessaire d’être précis et méticuleux pour prévenir les accidents liés aux chutes de hauteur. La précipitation reste, à terme, contre productive.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 5 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article récent